Festival du rêve de l’aborigène

« Tout s’organisait tout à coup.
Ces hommes et ces femmes noirs ou blancs que j’avais rencontrés habitaient tous la même terre, le même pays.
Séparés, isolés, ils ressemblaient aux milles pièces d’un puzzle, dépourvus de signification.
Assemblés, l’ensemble prenait forme et m’apparaissait limpide, unique, merveilleux. »

Extrait du livre  » La terre n’est qu’un seul pays  » de André Brugiroux.

23 juillet 2017

Mère, peux-tu entendre le battement de nos cœurs?
Ressens-tu l’amour qui émane de tes enfants?
Aujourd’hui nous te rendons hommage, à toi et à tous les peuples qui ont souffert de notre manque d’humanité.
Nous dansons pour que la Terre accepte nos supplications et que le Ciel chante pour les années à venir, qu’un nouveau monde est en train de naitre.

Comment puis-je vous exprimer cette sensation de bien-être dans laquelle nous baignons ?
Mon regard est rempli d’enchantement et mes lèvres sifflent vers l’Eternel ses quelques mots qu’une femme avisée m’avait confié ; « La vérité est la seule terre solide sur laquelle se tenir. »

photos du festival

Leave A Comment

error: Content is protected !!