Murmure

«Les choses obligeantes qu’elle m’avait dites, les petites caresses qu’elle m’avait faites, l’intérêt si tendre qu’elle avait paru prendre à moi, ses regards charmants, qui me semblaient pleins d’amour parce qu’ils m’en inspiraient, tout cela nourrissait mes idées durant la marche, et me faisait rêver délicieusement.
Nulle crainte, nul doute sur mon sort ne troublait ces rêveries.»

Jean-Jacques Rousseau.

Décembre 2011.

Tu sais c’est drôle comme parfois l’on peut croiser des gens qui ne resteront pas longtemps dans notre vie mais qui finiront par y prendre une place importante.
En te voyant j’ai tout de suite su que tu faisais partie de ces personnes là,
j’ai tout de suite vu que tu étais perdue entre deux pensées et que ton coeur était comme le mien: quelque part.
On recherche tous quelque chose après tout. La question est souvent de savoir par où commencer.
Je crois que c’est ce qui nous pousse toujours en avant et nous renvoie inlassablement sur les routes.
Ce besoin de trouver ce qu’il nous manque ici.
Je pense qu’on ne peut l’éviter et que c’est certainement le lot de chaque voyageur de chercher où est enterré son coeur.

J’espère que de là où tu es, tu peux m’entendre te murmurer les douces rencontres que je fais.
Un jour viendra où je croiserai ton chemin à nouveau quelque part dans ce vaste monde.
Ce jour viendra et peut-être qu’on prendra toujours plaisir à rire ensemble.

Leave A Comment

error: Content is protected!